espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Romain Buffat
Jean Buhler
Nicolas Buri
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang

Odile Cornuz

Ma ralentie


Le comique profond de Michaux ne se retrouve guère, à vrai dire, dans Ma ralentie d’Odile Cornuz, qui se met plutôt à l’école de lucidité du génial explorateur des gouffres mentaux en enfant du siècle luttant contre les platitudes du quotidien et les injonctions de la multitude (…) La force aussi, ou disons le peu de force qui fait pièce à la déprime ou à certain désabusement, Odile Cornuz le trouve alors dans les mots, ceux de La ralentie «pour la route» et les siens pour pallier le poids du monde: «Finie la fatigue! On n’est plus fatiguée! Ralentie peut-être mais avec joie», etc.
Jean-Louis Kuffer (Bon pour la Tête, 2 août 2018)

Il faut donc souligner la qualité et le talent d'une auteure qui parle avec engagement d'amour, de vie en société, de féminité, de maternité dans des accents de vérité, de sensibilité et de modestie qui trahissent, par moments, le beau et touchant sentiment de perdition du poète à l'orée du poème.
Erudit et sensible, Ma Ralentie se présente en fin de compte comme un poème à la fois lyrique, profond et métapoétique.

Bastien Fournier (La cinquième saison No 4, été 2018)

Dense, émouvante, fourmillante de possibilités d’interprétation, Ma ralentie est complexe tout en étant limpide, on est emporté par le texte, on est ému, on y trouve un espace où «respirer de manière régulière», on peut «vivre avec le poème».
Claudine Gaetzi (viceversa littérature, 9 juillet 2018)

Un livre qui prend son temps. Cʹest ainsi que la poétesse chaux-de-fonnière présente son dernier ouvrage. A lʹorigine, il y avait le poème dʹHenri Michaux La Ralentie. Longue digression sinueuse, comme un éloge de la langueur. Habitée depuis longtemps par les vers de Michaux, Odile Cornuz sʹy est appuyée pour bâtir un hommage au poète. Ainsi, par un exercice dʹadmiration et dʹappropriation, La ralentie de Michaux est devenue Ma ralentie.
Jean-Marie Félix (RTS Versus-lire, 17 mai 2018)

> retour
espacement
image pied de                                 page